Actualités

Droit du Travail – Contrat de travail – Une frontière ténue entre exercice légitime et abus du droit de retrait

Publié le : 03/04/2020 03 avril avr. 04 2020

Ce contexte pandémique commande à employeur et salarié de pondérer obligation de sécurité et exercice légitime du droit de retrait.

Si l’employeur doit préserver la santé et la sécurité du personnel, le droit de retrait du salarié n’est pas absolu.

Qu’est-ce que le droit de retrait ? 

Selon l’article L.4131-1 du Code du travail, il consiste pour le travailleur à alerter immédiatement l’employeur de toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie, sa santé ainsi que de toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection.

Il peut se retirer d’une telle situation.

Le danger grave est une menace pour la vie ou la santé du salarié, c’est-à-dire une situation de fait en mesure de provoquer un dommage à l’intégrité physique du travailleur. Est grave ce qui est susceptible de conséquences fâcheuses, de suites sérieuses, dangereuses telles qu’une invalidité ou le décès. 

L’imminence évoque la survenance d’un évènement, dans un avenir très proche.

Dès lors que la survenance du danger est imminente, il importe peu que le dommage qui en résulte se réalise en un instant ou progressivement

Qu’est-ce qui caractérise l’abus du droit de retrait ?

Aucune sanction ne peut être prise à l’encontre du salarié qui avait un motif raisonnable de penser que la situation présentait un danger grave et imminent. 

Aucune retenue sur salaire ne peut à ce titre être effectuée. 

Dans le cadre de cette épidémie, il s’agira de respecter toutes les recommandations préventives prises par le gouvernement. L’employeur doit régulièrement évaluer les risques professionnels au regard de l’évolution du risque de contagion et adapter ces mesures aux changements de circonstances.

Si l’employeur a respecté toutes les dispositions légales émises par le gouvernement, l’exercice du droit de retrait ne peut être légitimement exercé. 

Même lorsqu’un collègue est contaminé, si l’employeur a respecté et continue de respecter les mesures de protections, l’exercice du droit de retrait ne saurait être bien-fondé.

Quelles sont les sanctions encourues par le salarié ?

Le salarié qui a exercé abusivement son droit de retrait s’expose à une sanction disciplinaire et peut se voir appliquer une retenue sur salaire. 

La sanction pécuniaire étant illégale, seules les heures non travaillées – même si le salarié est resté à la disposition de l’employeur – ne seront pas rémunérées. 

L’exercice de son pouvoir disciplinaire par l’employeur doit être nuancé. 

L’appréciation du danger grave et imminent relève de l’office du juge.

L’erreur d’appréciation sur la nature du danger, n’est pas, en soi, fautive.

S’il s’avère a posteriori que la situation de travail ne présentait pas de danger grave et imminent, l’erreur d’appréciation du salarié ne saurait être sanctionnable s’il est admis qu’il avait un motif raisonnable de penser que cette situation présentait un danger. 

Historique

<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.